Au Coeur de la Colonie

Adaptation forum d'un univers mediéval fantastique utilisant les règles AD&D1


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Lucarne

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Lucarne le Mer 24 Aoû - 23:29

Maître des Donjons

avatar
Meneur de jeu
Meneur de jeu
Depuis l'avénement de la Théocratie la pratique des arts magiques était en déclin. L'inquisition, éternelle insatisfaite avait envoyé des missions de part le vaste monde pour trouver le moyen d'éradiquer de façon définitive la magie profane. La magie cléricale ne pouvaient, selon les inquisiteurs, que s'en porter mieux. La Papesse, convaincue qu'ils resteraient bredouille ou bien s'attireraient les foudres de puissants mages, et trop ravie de les voir jeter les yeux en dehors de l'Empire, les avait laissé faire. L'accord qu'elle avait conclu avec l'Arcanum, la plus influente des Guilde de mages profanes, lui convenait, et paraissait une mesure suffisante : les archimages avaient accepté, bon gré malgré, sans vraiment d'autre alternative, de devenir un ordre secret, qui cesserait de s'occuper des affaires du Siècle.
C'était sans compter avec la ténécité de Iolev de Minescu, le Grand Inquisiteur.
- «  Permettez, votre Immaculée Sainteté, que je vous présente Jerody, jeune moine de notre Ordre, fraichement tonsuré, qui nous revient d'une mission au nord du vaste océan.
Le jeune homme brun adressa un large sourir à ses interlocuteurs, mais son attitude corporelle trahissait une vague mise en retrait et son peu d'aisance dans l'habit sacerdotal. La Papesse salua les deux hommes du regar et un geste de bénédiction en signe de bienvenue. Elle était penchée sur une carte où croisaient des unités templières le long de quelque route de commerce.
Bien qu'encombrée de cartes et de rouleaux, la table de la grande bibliothèque recelait quelques espaces vides vers lesquels s'empressa d'aller le Grand Inquisiteur.
- Ainsi que ce qu'il nous a rapporté : l'arme ultime contre les diableries de la magie profane. Il fit un geste sec vers le novice qui s'executa. Ce sorti d'un étui aux armes du clergé trois parchemins qu'il entreprit d'étaler sur la table. La Papesse s'approcha. Les grands yeux bleus croisèrent pour la première fois les yeux – petites billes noires - , vifs et brillants du moinillon. Fier de sa trouvaille l'Inquisiteur commenta :
- Bien sure, seuls un mage ou un sorcier peuvent recopier ces sorts et accomplir le rituel, mais nous avons là le moyen de vider définitivement tout lanceur de sortilèges de magie profane, de sa capacité à utiliser son art.
- J'imagine que cette acquisiti on a un coût ? Qui ne pèsera pas trop sur le Trésor... Etes vous absolument certains de sa fiablité ?
- Ca ne nous a coûté que la place sur le navire qui nous a ramené notre jeune missionnaire ! Quant à la fiabilité, elle est garantie. La seule contrainte est de connaître le nom véritable de la cible.
- Soyez prudent et modéré, Grand Commandeur. Je vous ai déjà dit que si vous alliez chercher d'un peu trop près les poux dans la barbe des archimages, vous seriez seul à devoir y remettre de l'ordre.
- N'ayez crainte, votre Sainteté, considérez ce présent comme une arme, certes, mais comme une arme préventive. Que je n'utiliserais qu'en dernier recours, pour expier toute âme impie, qui aurait gravement porter atteinte au Nom de Déer.
- L'affaire est entendue. Remballez vos parchemins. Et vous jeune homme, vous méritez une promotion. J'ai besoin d'un vicaire à Lucarne. Qu'en dites vous Commandeur ?
- Et bien... C'est que j'espérais garder ce moine auprès de moi, pour le former, et à terme en faire l'un de mes greffiers... Elle se tourna entièrement vers le sujet de conversation qui venait de poser le genou gauche en terre.
- Quels sont vos voeux ?
- Vous servir ma Dame, car c'est le souffle du Grand Dragon qui nourrit la voix dans votre gorge. Il s'interrompit comme s'il réflichissait ou cherchait ses mots. Je suis à l'Inquisition, mais mon service n'est pas exclusif. S'il plait au Commandeur, je le représenterait à Lucarne, le temps qu'il me restera du service de la paroisse ?
La Papesse et le Commandeur surplompaient le jeune homme d'une façon qui pouvait lui semblait vertigineuse. Le Commandeur prit un ton parternaliste.
- Vos voeux vous appartiennent. Si sa Sainteté vous appelle au service de la Communauté ecclésiastique, - loin de moi - , nous ne pouvons que répondre avec Espérance à ses attentes.
- J'accepte donc.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum